Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 12:28

L'enfer du Nord, surnom donné à la course cycliste Paris-Roubaix dû à la difficulté du terrain composant cette course, en partie fait de secteurs pavés. Sur ce rallye des Routes du Nord, seuls 500 mètres étaient recouverts de pavés. Bizarrement, ces 500 mètres là étaient les derniers mètres du rallye, comme si cela avait été fait pour se dire en fin de parcours : "l'enfer du Nord, voilà ce que vous venez de vivre." Raté. Raté pour nous. Enfin non, pas si raté que ça car nous avons bien vécu l'enfer, mais pas l'enfer voulu. Notre Rallye des Routes du Nord ne s'est fait que de 13 kilomètres, les 12,650 kilomètres de Boeschepe ainsi que les 350 premiers mètres de l'ES de Godeswaervelde...

Nous étions motivés, préparés, et BIM ! V'là t'y pas que le moulin de notre belle japonaise s'en mêle et rends les armes au pied du Mont des Cats. Genre avec la voix du journaliste de la BBC, esprit 1940 : "les armées japonaises rendaient les armes face à la difficulté du terrain rencontré dans les Flandres françaises !" Mais merde quoi ! Mes Flandres, mon coin, ma région, presque mes racines. "Nul n'est prophète en son pays" dit-on, voilà qui se confirme... Routes du Nord, mon nouvel enfer du Nord... Comme si j'en avais pas assez bavé à vélo dans ce coin que j'aime...


Cela dit, si nous avons abandonné au bout de 350 mètres de l'ES2 (j'ai mesuré), l'ES1 était fantastique. Boeschepe, sûrement mon ES préférée, avec une des mes autos préférées, l'Evo 6. Avec Cédric, notre duo commençait là, et nous y étions bien. Douzième temps scratch, deuxième temps de classe derrière Johan Vanson & Toon, les potes, les références du groupe N qui se classaient finalement à la troisième place du classement général. Bref, nous n'avions pas été ridicules, nous nous entendions bien. Dommage.


http://img528.imageshack.us/img528/4675/anthonyfilliettedsc0977.jpg
Photo : Anthony Filliette.

On remerciera donc Cédric, Laurent et l'équipe LaudSport, la famille et les amis.


A bientôt, au Touquet ? On en reparle...

Jean-Charles

Repost 0
Published by Jean-Charles Huvelle - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 09:02

Cette fois pas de résumé "classique", qui consiste à dire quand dans l'ES4 on a mis 4 secondes à notre principal concurrent et que dans la 5, il nous en a repris 3 ! Devant un tel évènement, la performance laisse le pas à l'endurance et j'ai préféré découper tout ça en petits textes courts car nombreuses sont les choses à dire... Bonne lecture.

Organisation à la sauce WRC


L’organisation fut tout simplement impressionnante ! Nous étions là dans une autre sphère du rallye et nous le sentions bien. Tout était prévu, calculé, pas d’improvisations à prévoir, si ce n’est en spéciales. Je vous cite une phrase d’un copilote qui se reconnaitra : « Et dire que je roule en régional la semaine prochaine, ça va faire un choc ! » et pas des moindres ! Comme je le disais sur mon facebook quelques jours avant la course : « J’suis dans un bordel de service park, remote zone, remote service et flexi service » … et cela se confirme sur le terrain ! Il s’agit d’une véritable expédition à chaque étape, avec 353 kilomètres d’ES sur le weekend et 920km de routier, un rallye où à notre niveau, l’endurance prend le pas sur la performance. Chaque étape est un véritable raid d’épreuves spéciales et de longs routiers où on ne passe que deux fois à l’assistance, au matin et au soir avec à mi-étape un remote service et des zone de refuelling. Cela demande une véritable logistique, des véhicules et des personnes mobilisés. Bref il s’agit là en course d’un véritable travail en équipe dans l’auto et et en dehors, où il n’est pas question de se dire « on revient d’t’à l’heure » si on a oublié un truc. Nous avions bien préparé le truc entre copilotes (Benoit, Stéphane et votre serviteur) et membres staff du team (Seb, Olive, Denis, Mathieu, Benjamin) et au final, ce fut un très très grand moment en équipe, une grande expérience, dont chacun est ressorti grandit dimanche soir…

33745 445121589706 686719706 5075749 5136676 n
Reconnaissances

C’était là un gros chapitre du rallye. Sur deux jours, nous avions à reconnaître les 353 kilomètres des 10 épreuves spéciales, avec deux passages exclusivement. Le découpage était plus bien fait avec tout de même de grosses journées. Du mardi nous roulions de 7h à 22h et du mercredi de 7h à 17h je crois. Pour vous donner une idée, mardi, nous avions passé 17h le cul dans la bagnole : belle mise en bouche pour une semaine dans l’auto ! Du mercredi, j’étais à la limite de m’endormir en prenant mes notes…

65120 445121174706 686719706 5075722 1092271 n

Un découpage était prévu pour que les 140 équipages engagés au rallye de France ne se retrouvent pas tous en même temps dans une ES. Par exemple les P1 étaient d’un côté, les P2 P3 S2000 d’un autre et le Grand National sur un autre secteur, chaque groupe ayant un secteur d’ES et des heures de passage, si bien que jamais nous n’avons croisé les équipages officiels.

J’étais fan des reconnaissances à deux passages depuis ma participation au Saarland Rallye en 2008, en Championnat d’Allemagne des Rallyes. Mardi et mercredi, ces recos me confirmèrent les souvenirs que j’en avais. Cette solution est selon moi la solution idéale qui devrait être optée en Championnat de France des Rallyes, si ce n’est en Coupe de France. Elle est une bonne formule qui conjugue  gain de temps et réduction de l’occupation des routes par nous autre équipages. De plus, elle supprime le troisième passage, qui se fait très souvent à vive allure. Et que la question de la sécurité ne vienne pas sur la table : tout le monde s’est fait aux deux passages en recos, et il n’y a pas d’accidents à déplorer à cause de cela. L’utilisation de ce système fera très certainement des politiques à opter pour l’avenir du rallye. Pour les mécontents, il restera le circuit.

Monuments et Epreuves Spéciales

Mes ES préférées étaient celles de Klevener, Ungersberg, Vallée de Munster et Pays d’Ormont. Ces deux premières étaient tracées dans les vignes du côté d’Obernai dans un vallon superbement éclairé par le soleil du matin. Ormont était un monument, 35,48 kilomètres rythmés de forêts en plaine, d’enfilades rapide à secteurs lents. De même pour Vallée de Munster. Ces deux dernières ES étaient les plus longues du rallye. Les ES du vendredi étaient très difficiles, les cordes étaient creusées comme jamais je n’ai vu : profondes de plus d’un mètre, large comme une autoroute, cassantes et coupantes comme du verre. Il y eut des endroits où avec nos pneus de série, nous ne rigolions pas vraiment. Je regrette toutefois le choix de l’organisation du rallye d’avoir opté pour des ES en moyenne montagne et forêt alors que l’Alsace regorge de vignes et de vergers. Des ES de différents types auraient pu être tracées. Regret aussi que l’ES de Bitche -que nous n’avons pas parcouru en course- ne soit en majorité tracée qu’en fôret sur une route serpentant à grande vitesse. Seule une petite partie de cette ES ne reprennait des morceaux en terre et béton, comme j’aimais… A ma surprise, j’aimais –une fois en course- la spéciale tracée en ville de Haguenau, sans doute car la famille locale m’y attendait ☺

33545 445121424706 686719706 5075736 3818487 n

40901 445121114706 686719706 5075717 5266926 n

Grand National

Là était la grande surprise du rallye : comment allait s’articuler le Grand National au beau milieu du WRC ? Dans l’ensemble, nous n’eûmes pas de soucis, si ce n’est une quarantaine de pages de road-book à retravailler (après les recos, du routier principalement). Après l’ES12 et donc la fin de la manche « Championnat de France », nous n’étions plus que 15 concurrents à continuer le rallye dans sa seconde partie, ayant pour but de rejoindre Strasbourg le lendemain après-midi, recollant ainsi au cortège du WRC, à une ES près. Si nous n’allions pas participer au premier passage de l’ES de Bitche et que les ES de Klevener 2, Pays d’Ormont 2 et Bitche 2 allaient être parcourus en neutralisé, nous n’avions pas eu réellement de problème en ce Grand National, si ce n’est qu’au regroupement d’après ES 12, on nous avait légèrement oublié… Si bien que nous repartions de ce regroup sans que les écarts entre chaque voiture ne soient réduits. Nous avions alors 2 ou 10 minutes d’écart entre chaque concurrent, chose moyenne une fois en spéciale… Il y eut aussi le problème d'embarquer une seule roue de secours alors qu'en WRC deux étaient autorisées et qu'en spéciales, c'était plus Bagdad que la route touristique des vins d'Alsace...
Nous nous retrouvions à l’arrivée du rallye à 12 concurrents, à passer sur le podium final du rallye, dans une ambiance excellente, sous un soleil de plomb, devant le Parlement européen.

36073 445121864706 686719706 5075768 2877142 n


Regroupement de Bitche : moment presqu’intime


Dimanche matin, Bitche, Camp militaire. Nous devions parcourir cette ES qu’à une seule occasion, au cul du WRCircus, lors de leur second passage. Là, nous avions un regroupement de -maximum- 2h23, c’est dire que nous allions avoir le temps de prendre le soleil dans ce coin de Moselle. Par chance, le WRC avait un regroupement aussi long. D’un côté, les pilotes officiels et privés de Ford ne reposaient ensemble, entre deux bâtiments, non loin du public. De l’autre, tentait de se cacher un peu Sébastien Loeb ainsi que toute l’équipe Citroën pour un moment de répis. Par chance, dans cette zone, se trouvait aussi notre zone de regroupement, vous comprendrez donc la suite… Nous avons passé quasiment deux heures avec nos stars préférées, à discuter très simplement, très calmement, ils étaient d’ailleurs, une fois leur job d’autographes fait, très abordables. Les Loeb, Elena, Ogier, Ingrassia, Sordo, Vallejo étaient là, accompagnés non loin des Hirvo, Latvala, Solberg, Block tandis que le public, massé derrière des barrières criaient sans cesse leur Séb. Ce fut un moment fort appréciable sous le soleil de Bitche… Moment duquel nous avons apprécié chaque instant, se rendant compte de la chance que nous avions là…

33745 445121604706 686719706 5075752 7746448 n
Succés populaire

Ce rallye fut à ma grande surprise un grand succès populaire. Jamais je n’ai vu tant de monde sur le bord des routes, non pas en ES où cela est plutôt logique mais sur le routier ! Là, des centaines de personnes nous attendaient, nous acclamaient, nous applaudissaient. Tous pro-Loeb, l’enfant du pays, ils ne rechignaient pas à attendre le petit Poucet du rallye dans une joie comme rarement j’ai pu voir, avec drapeaux, calicots, cris, sourires aux visages, enfants émerveillés… Même, certaines communes avaient fermés les routes sur notre route, alors que nous étions en routier ! Villages mobilisés, carrefours bloqués, buvettes de sortie, entre amis ou en famille avec papi mamie et les p’tits enfants : les frissons étaient garantis sous nos combis…  J’y ai retrouvé des ambiances telles la Finale de France 98 ou la Caravane du Tour de France. Lorsque nous étions à l’arrêt, les gens approchaient, nous posant des questions en tous genres, nous demandant des autographes, prenant des photos avec nous. Là, ce fut une véritable joie de leur offrir tout cela, pour une fois que le rallye déplace les foules. Ces foules d’ailleurs… en quelques chiffres : 300 000 spectateurs sur l’ensemble du rallye, 30 000 sur l’ES de Haguenau et 70 000 sur l’ES de Bitche. Affluence qui aura comme conséquence l’annulation du second passage de cette ES, que nous devions parcourir qu’une seule fois, cette fois là…


64059 445121764706 686719706 5075764 2668088 n
Ecologie et Gendarmerie

Sur ce rallye, pesait l’ombre d’actions de la part des écologistes anti-rallye et anti-tout la plupart du temps, dans une philosophie genre « je lis Yogume, un magazine sur le yoga et les légumes et je mange de l’herbe » dixit Gad Elmaleh.  Sur l’ensemble du parcours, nous ne vîmes qu’une seule manifestation de leur part, et bien symbolique. Au sol, en ES, était tagué « Rallye = Gâchis », alors qu’une action en justice avait été tentée par les Ecolos puis rejetée. Tout au long du parcours, nous avions pu croiser des convois de cars de Gendarmerie et/ou CRS, très certainement prêts à intervenir en cas de soucis.

33545 445121449706 686719706 5075741 7110296 n
La marée-chaussée était d’ailleurs partout sur les routes ce week-end, à notre service ou à celui du Trésor-Public. De nombreux radars étaient présents sur les routiers, les autoroutes, les villages… gare aux excès de vitesse. Mais à l’inverse, les gendarmes nous ont bien aidé ce week-end, bloquant routes et carrefours à notre arrivée, nous escortant sur la file de gauche, sirènes hurlantes pour arriver dans les temps à Bitche ou nous ouvrant la route sur la bande d’arrêt d’urgence sur l’autoroute vers Strasbourg. Rarement j’ai pu dire « merci » aux forces de l’ordre, alors profitons-en…!

Petits chez les grands

Claudie Tanghe m’avait un jour dit « Mieux vaut être petits chez les grands que grands chez les petits » et cette phrase m’avait marqué. Depuis, j’essayais d’appliquer cela, même si cela n’est pas toujours évident, je le conçois. Bref, avec notre petite Suzuki Swift N2 et ses pneus de série, nous ne pouvions pas viser mieux : nous étions en plein dans le « petit chez les grands » et ce fut… whouaaaaaa ! J’ai du mal ça trouver les mots (enfin si !) et les superlatifs et qualificatifs ne seraient que peu de mots pour exprimer la joie avec laquelle je participais à ce Rallye de France – Alsace, premier du nom et premier rallye WRC pour votre serviteur. Le WRC est le but intime et ultime de tout pilote ou copilote de rallye. Y arriver est une victoire en soi, qu’on soit premier ou dernier. Dernier, nous l’étions, oui, lanterne rouge du rallye avec comme gaz sur la pédale de droite le poids des rêves de gosse, pour Jean-Jacques comme pour moi. Dans l’habitacle, l’émotion était palpable dans les hectomètres suivants l’arrivée de la dernière ES ou précédant cette même ES. Le public était là, nous acclamant, applaudissant le cortège qui le faisait rêver. Le rêve est à portée de main, encore faut-il y croire. Ce week-end, deux enfants réalisaient un rêve de gosse, et je ne pense pas l’arrêter là. Je veux retourner en WRC, y rouler à nouveau, retrouver cette ambiance si particulière…


Merci à tous, à Jean-Jacques, à Seb et Stéphane, à Jean-Christophe et Benoit, à Olive et Lisa, à Mathieu, à Denis, à Benjamin et Cassandra, à Ju, à la famille et aux amis qui ont fait le déplacement ou qui étaient sur place, au public qui a supporté de la première ES à la dernière ES le petit Poucet que nous étions. J’en oublie sûrement et m’en excuse par avance mais sachez que vous avez tous apporté votre pierre à cette semaine qui me restera à jamais gravée.

33644 443270554706 686719706 5035694 2976712 n
65120 445121159706 686719706 5075719 6354202 n
Ma saison est maintenant terminée. Avec 3 rallyes en copilote dont deux en championnat de France (Touquet / Mont Blanc) et ce Rallye de France en Championnat du Monde, je suis loin d’être mécontent de cette année, d’autant plus que j’ai pas mal bourlingué professionnellement avec en point d’orgue le Grand Prix de F1 de Hongrie. Côté baquet, mon prochain rendez-vous devrait avoir lieu en 2011 si je roule, rien n’est fait, rien n’est décidé, même si les cartons sont plein de projets…

A tous, merci de votre fidélité et à très bientôt.
Jean-Charles

PS : j’veux être aux Routes du Nord, à m’baraque !

Repost 0
Published by DinoRallyTeam - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 13:11

 

Notre rallye commença dès lundi dernier, avec le trajet vers Morzine depuis Paris. Sur la route, Jean-Jacques et moi allions rejoindre Sébastien (Guilbert) et Stéphane (Daghelet), l’autre équipage du Chrono Racing Events. Nos recos commençaient du mardi après-midi avec un sacré morceau en entrée : le monument Morzine-Samoëns, avec Joux-Plane en montée. Venaient ensuite les ES 3 et 4 de Sommand-Praz-de-Lys et Col de l’Encrenaz, formant ensemble l’ES7 des 3 Cols. Au programme, pas moins de 60 km à reconnaître, avec 3 passages bien sûr. Le lendemain deux monuments du Mont Blanc Morzine nous attendaient : la Côte d’Arbroz et Samoëns-Joux-Plane (avec Joux-Plane en descente). Aussi, nous avions à reconnaître une des pires ES que j’ai pu voir, la super-spéciale de Samoëns-Village, 2 kilomètres 700 tracés sur des parkings et délimités par d’accueillants blocs de pierre, lorsque ce n’étaient pas d’amicales et sympathiques bordures… A cette dernière, s’ajoutait l’ES de Morillon, première ES en boucle du Rallye du Mont-Blanc. Si pas grand monde ne l’aimait au premier abord, une fois en ES, elle ne me déplaisait pas. Pour le dernier jour de recos, du jeudi, l’ES ouvrant chaque jour de course était au programme des recos : l’ES de Montriond le Lac.


Sur ce rallye, notre but était que Jean-Jacques apprenne le pilotage si spécifique de la Swift et ce sport si particulier qu’est le rallye. En effet, Jean-Jacques est selon lui « un éternel débutant », car même si il a couru dans les années 70 sur des Simca Rallye 2 et autres autos, il n’a repris du service qu’il n’y a quelques temps via le volant Presse de la Swift Cup. Notre objectif était donc simple : faire des bornes et des bornes, des bornes d’expérience prise avec quelques règles : être à l’arrivée, ne pas sortir de la route, trouver et utiliser un système de notes simple et pratique pour Jean-Jacques. De plus, il avait à reprendre confiance après sa sortie de route spectaculaire du Limousin dernier. Si nous n’avons pas joué aux avant-postes de la SuperCoupe, chacun des objectifs fut rempli et là est l’essentiel. Le rallye fut extra, que ce soit sur le terrain ou dans l’ambiance du championnat, de la SuperCoupe ou au sein de la structure Chrono Racing Events. L’équipe vit d’ailleurs ses deux autos à l’arrivée, l’ami Sébastien Guilbert navigué par le Nordiste Stéphane Daghelet héritant de la 4ème place de la Coupe à 4 secondes du podium. Deux autos au départ et deux autos à l’arrivée, de bonnes sensations d’un côté et une belle perf de l’autre, l’équipe en était comblée samedi soir à Morzine.

59049 433731024706 686719706 4850019 4436822 n


Morceaux choisis :

-    un rallye à « plus value », lorsque le rallye n’est pas un sprint mais une séance de travail
-    l’ambiance Formule de promo
-    retrouver l’équipe Chrono Racing Events
-    les superbes ES de grands garçons (et grandes filles d’ailleurs !)
-    Joux Plane...!
-    les paysages à couper le souffle (oui, on s’est arrêtés en recos pour prendre quelques photos !)
-    un rallye très concentré, avec un routier limité et des reconnaissances facilitées.
-    J’ai pu discuter quelques minutes avec Romain Dumas, pilote ô combien éclectique et talentueux. Le vainqueur des dernières 24 Heures du Mans et 24 Heures de Spa m’est apparu comme un type des plus sympas, des plus simples, s’occupant aussi bien des grosses autos que des p’tites, des pilotes de niveau mondial au copilote que je suis. Pas mal de monde devrait s’en inspirer… A bon entendeur, salut et Banzaï !

Mon prochain rendez-vous ? On en a un en stock avec Jean-Jacques et si cela se fait… on en reparle sous peu !

A bientôt,
Jean-Charles

Repost 0
Published by DinoRallyTeam - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 16:50
Quel Rallye du Touquet ! 

Notre rallye ne fut pas facile, comme pour tout le monde à vrai dire. Nous sommes partis chauds dans l'ES de Montcavrel -première vraie ES vendredi soir- mais après deux grosses frayeurs, nous décidames de changer de rythme et d'opter pour le choix "voir le Touquet dimanche midi", ce que nous avons fait. Rentrer l'auto à bon port sans une égratinure, contents de l'expérience prise par Maxime sur un terrain qu'il ne connaissait pas du tout. C'est sûr, ce rallye lui aura été une grande découverte et c'est certain qu'il lui servira à l'avenir. D'ailleurs, Maxime reviendra par chez nous ! Nous avons tout de suite accroché ensemble, se comprenant rapidement et étant sur la même longueur d'onde. Des mécanismes automatiques étaient présents, sachant bien ce que l'autre allait faire. Ce fut très agréable de bosser dans une sérénité commune.


http://img682.imageshack.us/img682/7052/dppi01510001066.jpg


Côté météo, on a eu de tout : du sec, de la pluie fine, un orage dans Bourthes (j'entends encore Maxime dans le Peltor  "mais on est où ici ?" ^^), du bon crachin, du brouillard... Pour un Touquet en mars, nous avons bel et bien eu un Touquet d'octobre mais cela était à prévoir. Cela dit, même si le Touquet était organisé le weekend du 15 août, les éléments sauraient se montrer déchaînés !



http://img444.imageshack.us/img444/7269/dppi01510001046.jpg


La C2. Je ne connaissais pas la C2 R2 Max, et j'en suis très agréablement surpris ! Il s'agit là d'une auto de course très performante, fiable, confortable (oui oui, et bien plus qu'une Saxo kit-car VE), tout y est prévu pour qu'on y soit à l'aise, tout est fonctionnel. Le moteur pousse, la boîte 5 séquentielle est au top et le chassis est de folie ! Côté pilotage, Maxime me disait qu'il s'y était tout de suite trouvé à l'aise et c'est aussi ce que j'en ai ressenti de mon baquet de droite. Nous avions prévus le shakedown pour se caler l'un à l'autre, et quelques kilomètres nous ont suffit; nous étions alors ravi de ce "goupillage" rapide avant le dégoupillage :)


http://img98.imageshack.us/img98/2892/dscf8167g.jpg



Le Citroën Racing Trophy. Quelle bonne chose ! Il est vraiment très apréciable de recevoir des conseils du staff technique de Citroën Racing, des ingénieurs sur les réglages à avoir selon les conditions climatiques par exemple. Quel plaisir aussi d'entendre une voix connue, se retourner et voir Simon Jean-Joseph ! J'étais un peu comme un gosse ! Bonne chose aussi de ce Trophy, l'ambiance qu'il règne entre équipages : on y ressent plutôt l'ambiance formule de promotion que celle d'un trophée classique.


http://img9.imageshack.us/img9/4615/vc11525.jpg


Au final, je suis très content de ce Touquet : l'expérience engrangée nous sera précieuse à l'un comme à l'autre, et suis content de l'expérience que j'ai pu apporter à Maxime sur ce rallye et je ne regrette nullement mes Touquet 2008 et 2009 passés en tant qu'ouvreur.


Merci à Maxime, à l'équipe FBRally d'Olivier Bosch les mécanos et le staff familial, à la famille qui a fait le déplacement, les potes pour leur présence et les messages en tous genres ;)



http://img714.imageshack.us/img714/243/dppi01510001004.jpg



J'ai retrouvé mon élément... le stress, la pression, les notes, la vitesse, les paf/crac/klong, les choix de pneus cornéliens, l'attente, les pointages, les 10H50 + 22 minutes ça fait 10H72, les "j'veux plus y aller", les "j'ai le bide qui fait yoyo", les "putain c'est trop bon", les "ciel à fooond pour droite à fond derrière", les "palapala
palapalapalapala" du rupteur... Toutes ces choses indescriptibles qui vous font revenir au baquet, qui font que vous êtes en manque au bout de quelques temps sans vroum vroum.

Maintenant que la saison est lancée, j'ai fait le choix d'être présent sur une seconde manche du Championnat de France. Je ne sais pas encore laquelle -bien que le Critérium des Cévennes ou un Rouergue me plairaient- mais nous n'en sommes pas encore là, nous verrons !


A bientôt,
Jean-Charles


http://img148.imageshack.us/img148/9579/image2he.png
Repost 0
Published by Jean-Charles Huvelle - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 09:48
Et voici mon résumé de ce Boulogne 2009, avec la victoire de classe N4 pour Eric Meyer et moi !

Image

Notre rallye commença dès le dimanche précédant la course, le règlement nous imposant de ne reconnaître que ce jour là ou du vendredi de la course. Bossant tout deux ce vendredi, nous allions reconnaître une semaine avant, chose qui ne nous plaisait pas trop. Nous embarquions alors la caméra durant nos recos afin de travailler durant la semaine.
Dès les premiers passages de chaque ES, une évidence apparaissait, le prologue était la plus belle ES du rallye, dommage que nous n'empruntions cette ES qu'une seule fois, alors que les habituelles ES du Boulogne allaient être à nouveau parcourues deux fois, dommage...
Bref, les ES nous allaient plus ou moins mais l'ambiance était bonne, nous avions du temps pour faire connaissance avec Eric et les recos étaient vite bouclées, et nous rentrions tôt dans l’après-midi.

Les vérifs ayant lieu à 13h50 samedi, cela ne servait à rien d'être là aux aurores. Arrivée vers 12h30/13h pour moi à Samer, alors que Eric arrivera un peu plus tard. J'en profite donc pour rejoindre l'assistance des "Frangins", qui nous feront l'assistance commune avec l'équipage Hanquiez/Mordacq.
Les acteurs du duel Meyer/Hanquiez qu'avait prévu la presse allaient donc être sous la même tonnelle !
Là aussi, je faisais la connaissance de Romain, mécano de chez 2HP Compétition. En attendant Eric, on en profitait pour faire un p'tit tour sur la voiture et prendre connaissance de quelques petites choses dont le tripmaster par exemple ou le réservoir d’eau pour le refroidissement du turbo, qu’il fallait refroidir avant le départ de l’ES ou sur le routier entre deux d’entre elles.

Une fois les vérifs passées sans encombres, nous filions à 4, avec Eric, Jonathan et Benjamin chez celui-ci afin de revoir une dernière fois nos notes. Les recos s'étant déroulées la semaine précédente, cela nous fut d'une grande aide, ne serait-ce que pour se remettre dans le bain et comparer repère des notes et repères sur route.

Le temps d’enfiler nos pyjamas de Nomex et de retourner à Samer, venait alors l'heure du départ. J'étais serein sur mes notes et ma préparation mais rouler dans une telle auto me crispait un peu alors que pourtant, j'avais déjà roulé sur la Compact ou la Celica. Sans doute ne voulais-je pas décevoir Eric, qui était là pour marquer de précieux points en vue de la Finale. Bref, j'étais un peu tendu. On me le fit d’ailleurs remarquer… « Bah alors JC ? » … Entre petit stress et hâte d’y être.. J'attaquais donc cette spéciale du samedi soir en restant très concentré, sachant très bien que si cette ES se passait bien aux notes, le reste de mon weekend se passerait tout aussi bien ou presque… et ce fut le cas.

PROLOGUE ES 1

Nous le savions, le prologue allait être difficile pour tous. Sur place, cela se confirmait, il y avait déjà des abandons alors que nous avions un petit numéro !

Là, je partais donc très concentré et tout se passa bien, malgré que nous fumes ralentis par la sortie de la seconde Sub N12 engagée sur le rallye. J’annonçais les notes qu’il se devait, puis le jump… en une fraction de seconde « on a décollé ? » puis à la fraction seconde, l’auto atterrit et se tort doucement, on a jumpé ! Puis, nous avions rattrapé le concurrent précédent lors du dernier kilomètre .Malheureusement, ce dernier km était un réel champ de bataille, caillouteux et poussiéreux… Nous ne pûmes pas doubler le concurrent. Etant dans le dernier km de l’ES, j’en prévenais Eric qui fit ce qu’il pu pour finir l’ES au cul du concurrent roulant au ralenti. A la fin de l’ES, Eric me tendait la main, satisfait de lui, de moi, de nous. J’étais rassuré, j’avais été dans le coup dès la première ES. Pour moi qui avais à cœur de briller pour mon premier rallye en N4, je n’étais pas mécontent de cette poignée de main : j’avais au moins su gérer la première ES, moi qui ait l’habitude de dire en déconnant, « la pression, je ne la subis pas, je la bois », j’avais là une petite pression avant le début du rallye… Mais l’arrivée de cette première sans encombre de mon côté me rassurait et me rendait plutôt confiant pour la suite des évènements. Nous étions deux de classe à huit dixièmes de Chrétien, reléguant Hanquiez à 11 secondes après sa sortie de route.

Image

ES 2 et 3

L’ES de la veille s’était bien passée pour nous, du moins dans le rythme, les notes, l’attaque, malgré le fait que nous avions rattrapé le concurrent parti devant nous durant le dernier kilomètre. Nous avions passé une bonne soirée et une bonne nuit chez Eric, tranquillement et avions retravaillé les notes après une petite bouffe sympa. J’étais donc plutôt serein, même si les ES ne me plaisaient pas plus que ça, sans qu’elles ne me déplaisent non plus. Bref, j’attendais d’y être…

Dès la première ES de la journée, je restais totalement concentré, les yeux rivés sur les notes, comme la veille au soir. L’ES se passait bien et je n’entendais pas Eric me dire les « oui » qu’il aurait du faire si j’avais été à la bourre dans les notes. Première satisfaction. Mais lors du dernier freinage de l’ES pour une épingle gauche avec un freinage aveugle, Eric freinait bien, à la bonne distance mais « trop bien » ! En effet, en freinant trop droit, cela ne lui permettait pas de mettre l’auto dans l’axe du virage et il dut terminer son freinage dans l’axe de la route, ce qui était ni plus ni moins qu’un tout droit… Arrêtée à 50 cm du talus, la Sub calla alors que nous n’étions qu’à 50 mètres du flying finish, ce qui fut rageant ! Je regardais ma montre et les secondes tomber… ding… ding… ding… 10 secondes perdues !

Image

Lors de la deuxième ES du rallye, le tableau de chasse était donné ! Nous partions à 8 dixièmes de l’équipage Chrétien au matin, et avions perdus 10 secondes dès la première ES du matin ! Derrière, nous ne savions pas quel chrono avait réalisé l’équipage Hanquiez/Mordacq, malgré leurs 11 secondes perdues la veille au soir. Nous savions que Chrétien et Hanquiez allaient être nos concurrents directs. Bref, c’était ni plus ni moins que du Banzaï qu’il fallait sortir là ! Nous attaquions donc, l’ES se passait bien mais nous perdions du temps lors du passage à l’épingle de Questrecque, comme pas mal de monde en N4. Nous faisions là le meilleur temps de classe, infligeant 3 secondes à Chrétien père et fils.

A l’arrivée au regroup, c’est dans une ambiance bon enfant que nous travaillons avec les copilotes Gwen Le Poec (Mortier) ou Antoine Brulé (Vanson) à s’échanger les temps ou à aller les chercher sur le net, merci la 3G ! Je recevais alors un sms de l’ami Jo Mordacq : c’était pour eux l’abandon sur un problème de transmission. Voilà un de nos concurrents directs en N4 qui était hors jeu ! Il nous fallait maintenant aller chercher Bruno et Arnaud Chrétien, à 6 secondes. S’en suivait un sacré bon moment avec tous les équipages de tête, en terrasse à boire un verre sous le soleil boulonnais avant de repartir pour la (déjà !) dernière boucle du rallye.

Image
http://img262.imageshack.us/img262/6550/009rvl.jpg

ES 4 et 5

Nous étions là dans la dernière boucle du rallye. En groupe N, Vanson était intouchable, notre boulette du matin et le concurrent rattrapé lors du prologue ne nous aidant pas à aller le chercher. En N4, Chrétien était à 6 secondes, et nous ne comptions pas lui laisser la classe ainsi ! Sans se l’avouer, sans en parler, Eric et moi avions l’objectif d’aller le chercher !

Lors de la première ES, tout se passa bien et je commençais à réellement prendre mes repères dans l’auto. Non pas que j’étais pomé avant, du tout même, mais j’étais maintenant beaucoup plus cool mais toujours concentré. Eric le sentait et m’en fit part dès l’arrivée de l’ES. En effet, j’avais pu lever les yeux et profiter de certains passages tout en envoyer les notes. Quel régal de sentir l’auto vivre, se dandiner de courbe en courbe. Eric envoyait là du lourd et je prenais mon pied à sa droite ! L’auto marchait du feu de Dieu et son comportement « ça tient mais en glisse » était un régal total !

Avant la dernière ES, nous avions 6 dixièmes d’avance sur Chrétien. Chacun des deux équipages avaient en tête une seule chose : la victoire ! Nous étions en tête mais il fallait confirmer la chose. Nous roulions à la banzaï, proprement mais efficacement, creusant l’écart à 3 secondes sur Chrétien ! Je me régalais à annoncer les notes dans un rythme posé, je prenais littéralement mon pied, c’est tout simplement bon… Et c’était là la victoire de classe ! L’objectif était atteint : Eric souhaitait marquer sur ce rallye un maximum de points pour valider sa qualification à la Finale. Nous visions le podium de classe et ce fut la victoire, parfait ! Nous terminions donc en tête de classe N4, deux de groupe N (well done à Vanson et son codriver Antoine !) et à une correcte 9ème place au général avec… 2 dixièmes d’avance sur Eddy Delair.

Image

J’étais là très heureux de remporter cette victoire de classe, la classe N4 que j’aime tant, vous savez, les plop plop ! D’ailleurs, la Sub… whouahou quelle auto ! (J’entends Yannou qui jubile !) Stevie Nollet, habituel copilote d’Eric m’avait prévenu, cela poussait tout autant que la Celica GT4, autre auto (et baquet) que nous avons aujourd’hui en commun. Et je ne fus pas déçu ! L’Impreza WRX STI N12B est une véritable voiture de course, qu’on ne vienne pas me dire que ces groupe N n’en sont pas ! L’auto pousse totalement, le châssis se dandine un peu, mais la glisse est très progressive et non violente. L’Impreza est moins violente que la Celica GT4, normal vous me direz, logique différence entre une Groupe N et une Groupe A mais à titre de comparaison, je trouvais le châssis de la Sub plus rigide que celui la Lancer Evo 8 MR mais moins que celui de la Celica GT4. Tandis que question moteur, la Sub était plus proche de la Celica que de celui de la Mitsu, qui est lui plus linéaire. Ce fut là une vraie N12B en provenance de chez Prodrive, autant dire que c’est… une Full Spec ! Gestion de ponts, procédure de départ (qui avait quelques ratés ce weekend) etc, un régal ! J’étais là comme un gosse dans cette bagnole propre, entretenue telle un bijou, soignée, avec une finition parfaite… A chaque fois que mon regard croisait le logo Prodrive, un sourire de satisfaction et de joie s’affichait sur mon visage… Au rayon des 4 roues, j’avais jusqu’à aujourd’hui en référence la Celica, mais j’ai bien peur que la japonaise de Mr Toyoda vient d’être détrôner en mon fort intérieur par la japonaise du Fuji Heavy Industries !

J’ai maintenant hâte de retrouver un tel baquet avec Eric à ma gauche, car réellement, il fut là, un de mes plus sympas et efficaces pilotes que j’ai eu en 4 ans de copilote.

Merci donc à Eric et sa famille.
Merci aux « frangins », l’équipe 2HP et Romain.
Merci à Delphine Brigaudeau. Grâce à elle, j’ai pu « foutre ma cagoule ! »
Merci à Maxence pour le sticker (il comprendra).
Merci à la famille, aux potes pour leur soutien.
Merci à vous d'avoir lu jusqu'au bout !

A bientôt,
Jean-Charles
Repost 0
Published by Jean-Charles Huvelle - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 15:23
Vu du baquet : bilan de ma saison 2008

Côté baquet, cette année fut à cheval sur la région et sur le "moyen international". Au programme, quatre rallyes dans la région et deux à l'étranger.

La saison commença lors des Routes du Nord, avec Francis Legrand sur la Saxo KitCar voies étroites. Ce rallye se termina très bien, en rentrant en bonne place de l'A6K au samedi soir, alors que nous allions être remontés par les voitures plus véloces sur les ES rapides du dimanche. Bref, nous avions été des plus rapides lors des difficiles ES du samedi, et cela nous allait plutôt bien !

Puis Nicolas Leclercq me contacta pour le rallye de la Lys. Surmotivés, remontés comme des pendules, même un peu trop sûrement, ce rallye se finissa sur un ballot, pris de face, sur un freinage raté sous une pluie battante. Petit tour à l'hôpital, minerve pendant quelques jours, auto avec bobos... C'est dommage, car après l'abandon, Olive nous informait que nous avions fait un 6ème temps scratch dans la première ES, rien que ça ! A charge de revanche... J'ai hâte de retrouver la droite de Nicolas.

Puis le Flandres pointait le bout du nez. Sur ce rallye local pour moi, j'allais être présent aux côtés de l'ami Thomas Coustenoble sur l'AX. Et ce rallye se termina aussi par abandon, moins brutal que celui de la Lys mais tout aussi navrant : là, c'était la mécanique qui n'avait voulu continuer avec nous... Bien heureusement, avant la casse du cardan avant gauche, nous avions eu le temps de nous marrer dans l'auto ! Après ce rallye, j'entrais dans un climat un peu spécial, celui de la "spirale des abandons". Mon premier abandon avait eu lieu cette année à la Lys, et un second avait pointé le bout de son nez au Flandres. Jamais deux sans trois dit-on, j'étais un peu dans le doute au départ de mon premier rallye à l'internationale, les 12 Heures de Wervik, en Belgique ! Une expérience excellente! Quel plaisir de trouver un nouveau pays, de nouvelles ES, une autre ambiance que celle de nos rallyes !

Alors, je revins sur les terres de ma première victoire (ça fait bien de dire ça ^^), à Fourmies, pour le rallye de l'Avesnois. A Fourmies, j'étais à la droite de Maxime Lemoine, l'enfant du pays qui avait fait parler de lui en 2007 sur une 106 N2, remportant la classe pour son premier rallye au volant. Sur ce rallye, nous étions à la maison, sur un terrain connu mais un mauvais choix de pneus nous pénalisa d'entrée... Une fois les bonnes gommes retrouvées, nous nous permettions de réaliser un 5ème puis un 4ème temps scratch, ce qui fut bien peu pour espérer remonter comme il se fallait. Bref, nous  rentrions à Fourmies 3ème de la classe N3, ce qui nous allait parfaitement au final !

Ensuite, un mois après, venait un rallye qui me marqua réellement. A la suite du rallye de Wervik, Renaud Bronkart, pilote belge de son état me contacta pour aller rouler... en Allemagne ! Renseignements pris, je donnais mon accord et nous partions sur l'ADAC Saarland Rallye, manche du championnat d'Allemagne des Rallyes. Là, c'était une autre mesure, non pas que c'était mieux que par chez nous ou ailleurs mais c'était totalement différent, et c'est cela qui me marqua ! De plus, rouler sur les ES du Deutschland Rallye, sur ces ES du WRC... lorsque vous empruntez les mêmes tronçons d'ES que "les stars"... ça vous fait un p'tit truc dans l'auto ! J'ai hâte de retouner sur le Saarland !

Enfin, ma fin de saison se fit non pas dans le baquet mais autrement, dans le rôle d'ouvreur. Pris professionnellement, je n'étais dispo pour le rallye du Touquet "dans le baquet" mais j'allais ouvrir le rallye pour Lionel Comole sur la Clio R3 : une expérience très enrichissante !

Puis en cette fin d'année 2008, un nouveau blog est arrivé chez Dino, le DinoRallyMap. Blog au concept exclusif, vous avez pu trouver chez DRM les cartes du Rallye Monte Carlo et celle du Rally Ireland au format Google Earth. L'équipe Dino a d'autres projets en cours, dont un en rapport direct aux maps de DRM, nous en parlerons sous peu si les essais sont concluants, puis deux autres blogs aussi. De plus, après avoir créé le DinoRallyMap, nous nous sommes mis à retravailler Dinophoto et votre DinoRallyTeam ne va pas tarder à suivre : une peau neuve qui fera du bien, plus de deux ans après la création du blog aujourd'hui fier, grâce à vous de plus 70000 visites.

Pour conclure cette saison 2008 vue du baquet de droite, elle fut enrichissante et pleine de découverte, et j'espère de tout coeur que 2009 m'apportera autant de satisfaction. J'ai hâte de retrouver le baquet de droite, j'espère aux Routes du Nord où je serai à la maison, ou presque... mais à cette heure, rien est moins sûr...

En ce début d'année, je vous souhaite à tous, une excellente année 2009.

A bientôt,
Jean-Charles

http://accel22.mettre-put-idata.over-blog.com/0/43/26/47/Saison-2008/052--640x480-.JPG
PS: désolé pour le faible nombre d'articles mis en ligne, je n'ai plus le temps que j'avais auparavant... J'ai la chance de vivre ma passion dans mon job et cela a une conséquence directe sur mon blog... les articles, l'angoisse de la page blanche, les illustrations, les recherches, vos commentaires, vos avis me manquent... A bientôt ;)
Repost 0
Published by Jean-Charles Huvelle - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 11:52
Il s'agissait cette année d'un Touquet qui devait se faire à pied. Par chance, j'arrivais à me libérer pour être partant à la proposition de l'ami Ben Hanquiez, et ainsi seconder l'équipage Comole / Vial pour leur ouverture du rallye.

A la droite de Jérémi Ancian, ex-sociétaire Rallyes Jeunes et armé des photocopies des notes de Julien, le job considérait à passer 1h15 avant le premier concurrent, juste après la voiture balai, elle même passant juste après les VHC. Alors, nous passions sur les ES "avec les notes presque balancées comme en vrai", que nous modifions au grès des évolutions de la route : petite corde, rasé corde, grosse corde, sale, léger sale, boue, maxi boue, chicane propre, chicane sale, frein glisse, frein lisse, frein feuilles etc etc. Ces infos revennaient constamment, avec quelques modifications selon le cas. Ce fut donc une excellente expérience qui me servira à l'avenir dans les modifs de notes en course !

A bientôt,
Jean-Charles

http://max.pierre2.free.fr/phpwebgallery-1.6.2/galleries/Rallyes/2008/Rallye_du_Touquet/08-MP-000.jpg
PS : c'était la première fois que je voyais des spectateurs encourager une voiture ouvreuse ! ;)
Repost 0
Published by Jean-Charles Huvelle - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 20:00
Bonjour à tous !

Après la mise en ligne de mon résumé du Rallye de l'Avesnois intitulé  "
Chaud et froid en Avesnois !", voici maintenant deux de nos caméras embarquées ! Dans l'ordre, l'ES 3 Féron-Rainsart et l'ES4 Zorées-Etroeugt où nous avions respectivement signés les 5 et 4ème temps scratch. Moteur... Action !







Deux autres denos caméras embarquées sont à découvrir sur la playlist dailymotion crée à cet effet :
Onboard Avesnois 2008


Merci à Damien et Olive pour leurs aides et à Julien pour la photo présente sur la vidéo.


A bientôt,
Jean-Charles

Repost 0
Published by Jean-Charles Huvelle - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 20:24
Chaud et froid en Avesnois !


Certains nous voyaient déjà dans le top 5 du rallye, la victoire de groupe en poche avec des chronos à en faire rougir plus d'un. Nous étions Maxime et moi beaucoup plus raisonnables sur nos objectifs. Même, nous n'avions pas d'objectif. Enfin... intimement, nous en avions, lui comme moi, mais à aucun moment, les objectifs étaient fixés, à aucun moment nous en avions parlé. Victoire de groupe ? de classe ? Top ten ? Nous allions voir en live et étions remontés comme des pendules tout en étant très calmes. Malheureusement, notre course fut moins à la hauteur des espérances de nos suiveurs, proches et amis, mais nous fumes tout de même contents de nos performances. Maxime utilisa même l'adjectif "rocambolesque", et cela n'en fut pas loin. Ce fut drôle, ce fut excellent, ce fut "arf", ce fut "en slick sous la pluie", ce fut "banzai" ou encore "putain ce passage vous êtes des malades" ... sms by Olive. Bref nous finissions ce rallye bien mieux qu'il avait commencé, soit à une belle 3ème place de la classe N3, une correcte 8ème place du groupe N et un poil décevante 21ème place du général. Mais en tout cas, de toute façon, nous étions contents de nous, nos deux chronos aux 5 et 4ème place scratch dans les ES 3 et 4 nous contentant de la plus belle des façons.

Nous attaquions donc notre rallye par une bonne bouffe entre amis avec l'ensemble du team Ghillet. L'ami Damien nous avait d'ailleurs rejoint au pied levé à la droite de Hervé Camu, sur la 3ème 206 RC du team. Nous partions alors en recos, les 3 équipages de l'équipe à la suite tranquillement. Trois équipages car Christophe Ghillet et Stéphane Dieu étaient présents sur la seconde 206 RC. Les recos donc étaient vite fixées, avec 3 passages en chaque ES. Au soir, sous les tonnelles rouges, nous allions passer un excellent moment dans un bordel organisé de frites, fricadelles et autres mexicanos, où Olive nous avait rejoint. Au soir peu avant minuit, nous allions nous coucher pour une courte mais bonne nuit. Au matin, je me levais un peu plus tôt que prévu pour retravailler mes notes comme il se doit. Avant de filer à l'assistance pour le p'tit dèj, un petit tour sur le net pour voir la météo prévue ce jour... un mix des météos de 3 départements (59-02-08) allaient nous donner un bilan moyen, assez humide, avec soleil au matin puis pluie l'après-midi, et ce fut l'inverse qui se fit.

L'image “http://img209.imageshack.us/img209/1363/art2ve1.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Première ES, nous voilà au départ. Je me rappelle de ces premières notes balancées l'an dernier à Jean-Jacques Lebrun, ça me fait un p'tit truc... Pas mécontent de l'avoir vécu ce truc là... Allez... on se concentre... 30 secondes... 15... 10 ... 5, 4, 3, 2, 1 top ! Ca roule correctement à mes yeux, je me mets dans le bain, prends mes repères,  Max fait de même... Flying finish, de mon côté, ça va, ça a été mais je me rends vite compte que j'ai oublié la caméra, je ne suis pas content... et  mon pilote de ce jour l'est  d'autant plus ! Non pas du fait que j'ai oublié la caméra non, mais il n'est pas content de lui. Bref, nous verrons en l'ES suivante...

ES2, Départ, horloge Tag Heuer et c'est parti... il pleut , nous sommes en slick... que ce soit au volant ou dans les notes, impossible de trouver un rythme correct, on est à l'arrêt... Les virages s'enchaînent, ça roulotte. Alors, j'annonce la note "Frein pilone pour T 90 risque verglas", Max met l'auto dans l'axe et tire le câble, l'auto glisse forcément sur la chaussée détrempée, je vois alors de face le public qui était à l'intérieur du virage, regarde à ma droite, de gros ballots de paille... là en une fraction de seconde, un souvenir me revient rapidement mais disparait vite, nous n'arrivons pas trop vite non plus, nous sommes en fin de glisse... et bing ! le cul tape le ballot ! Alleeeeeeeez ! C'est reparti de plus belle ... Voilà l'arrivée qui se profile : double gauche à fond sur ciel pour Arrivée ! Point stop... nous ne sommes pas contents du tout ! Bref, nous qui voulions faire un gros coup sur cette première boucle, nous voilà totalement dans les choux ! Max est hors de lui, il parle mais je ne comprends pas ce qu'il me dit, j'écoute bien, et je vois qu'il refait l'ES dans la tête, avec le nombre de secondes perdues à chaque kilomètre... Sur le routier, je rallume le téléphone, pour prévenir les proches & amis "ES 1 et 2 ok, en galère slick sous pluie". Je reçois alors un sms de Damien, c'est l'abandon pour la 3ème auto du team... ça nous fait ch*** ! Bref... De retour à Fourmies, lorsqu'on longe les grandes vitres des boutiques sur la rue Jean Jaurès, je vois dans le reflet de l'une d'entre elle qu'une moitié de pare-choc arrière "vole" : "Max, un pare-choc, un !" "fait chier !" et on se marre... il n'y a que ça à faire de toute façon... Alors, on arrive au regroupement pour... 1h40 ! On descend au camion du team où on fait un p'tit débriefing : des temps à la ramasse et un pare-choc plié pour nous, un abandon pour Hervé et Damien et une mini face avant pour  Christophe et Stéphane ! Le moral est moyen, alors Max décide d'une chose... "ce sera spectacle ! on va tirer des câbles ! on va rentabiliser la location !"

L'image “http://img367.imageshack.us/img367/2684/art5rg3.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Comme le temps parait long... mais bon, on prend notre temps, on discute, on papote avec les potes ! La PHTeam débarque, ça fait plaisir de les voir ! Allez après 1h40 de regroup + 50 minutes d'assistance, c'est reparti pour la course, ES3, c'est parti ! Il fait sec, ne pleut pas ! On est dans un bon rythme, Max envoie la sauce et oublie son câble ! Les notes débitent,  100m G° long  70m ciel D°  70m G° 100m Frein pilone pour G140- cuvette / D120 rail sur arrivée et le chrono tombe ! C'est un 5ème temps scratch dans cette ES3 ! On améliore notre temps de 7 secondes ! Voilà qui va nous aider au classements général, classe et groupe ! Nous sommes contents de nous ! ES4, c'est reparti sur le même rythme, ça enchaîne, ça dépote, voilà le sous-bois qui arrive dans la seconde moitié de l'ES... les notes tombent, les virages arrivent 100m Frein pour D120 corde humide 100m G160 / D° long fini corde et G° ... mais dans le droite à fond, l'auto glisse... on se sent partir... je regarde en face, la haie, à droite les arbres, une seule solution, rester dans les notes ! Max rattrape l'auto, putain le passage ! On reprend de plus belles, on lâche pas jusqu'à l'arrivée ! Pffooouuu ce passage dans le bois... on était proche de la belle boîte là ! M'enfin, le temps a causé, 4ème temps scratch ! Sur le routier, j'allume le téléphone ... "Putain le passage dans le sous bois ! bande de malades !" tel est l'sms envoyé par Olive, on se marre dans la voiture ! Au chrono, notre attaque se confirme... moins 44 secondes par rapport à notre premier passage, on fait le 4ème temps scratch P'tain qu'on est contents ! :) "The" passage en 3 photos :

http://img180.imageshack.us/img180/7511/art01ib3.jpg

L'image “http://img181.imageshack.us/img181/2424/art3ab7.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

L'image “http://img514.imageshack.us/img514/1645/art4gu1.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Et nous voilà de retour au regroupement puis au parc d'assistance. Et nous voilà reparti pour la dernière boucle ! Les circonstances ont changé. Exit les câbles et le spectacle, il va falloir attaquer ! Nous sommes 4ème de la N3 et il va falloir se remonter les manches sérieusement ! ES5 on arrive au CH et la file de voitures devant nous est inquiétante, ça sent la neutralisation. Pointage, et attente... j'en profite pour descendre au départ pour parler un peu avec Thomas Coustenoble et son pilote "Top" ou encore avec Hervé Emeuriau, on se marre bien et un coup de sifflet retentit comme à l'armée ! On reprend le départ ! Direction la 206, profitons du temps que les voitures partent avant qu'on ne soit sur la ligne de départ pour se préparer convenablement. 5, 4, 3, 2, 1, top ! L'ES se passe bien mais même au 3ème passage, je n'arrive toujours pas à aimer cette ES... bref il reste une ES pour cet Avesnois 2008, continuons sur notre lancée ! Au départ, encore une fois c'est une neutral au départ de l'ES... On en profite avec quelques équipages pour voir le départ des quelques concurrents... Je fais attention au départ et premières enfilades de Stéphane Gueuriot sur la Saxo F213, miam ça marche il avance ! Allez départ ! 300m D° / G160+ sur pont et Frein pour D120 rail ! Hhhhhhhmmmmmmm ça vole c'est du bon ! Y'a pas d'hésitation, suis à l'aise, Max donne le meilleur de lui ! On arrive à l'entrée du bois D160 petite corde dans G° mi long descente 70m Frein verglas ds D début maison pour D90 entrée bois ! Max tire le câble mais je le sens tout de suite, un poil trop fort ! Et c'est un mini tête à queue... on perd une poignée de secondes, chose qui n'est pas top dans notre conquête de la N3 ! Bref, je calme un peu Max, qu'il se concentre pour ce bois pas facile... Tout se passe bien pour le reste du bois, sans que ce soit une promenade de santé ! Ca roule, ça dépote ! 100m D160 dans G° / G° ciel pour Arrivée ! Elle est làààà l'arrivée ! On est content dans l'auto, ça a roulé sur cette fin de rallye comme on aurait voulu, on se sert la main, comme à chaque arrivée, on a le sourire ! Pointage, on se marre avec les officiels du pointage, Hervé, l'un des boss du team est venu voir le point stop, content de le voir ! On avance un peu pour revenir à pieds sur nos pas, voir où en est la seconde auto du team encore en course ! Christophe et Stéphane se bttent en effet pour la victoire du groupe N ! On les voit arriver, ça y est c'est bon ! C'est dans la poche pour quelques dixièmes ! Beau bilan pour l'équipe ! L'équipage Ghillet termine en tête du groupe N tandis que nous finissons 3ème de la N3 ! Parfait ! Le bilan final s'avère bien plus brillant  qu'il ne l'étais en fin de première boucle ! Ca nous fait extrêmement plaisir d'être à l'arrivée de cet Avesnois 2008, un rallye qui a pour nous deux un saveur particulière, entre Max le Fourmisien et moi même et ma première victoire scratch ici l'an dernier...

Je dois avouer que j'ai été bluffé par l'auto. Tout d'abord, dès la découverte de celle ci, lorsqu'on prend rapidement ses répères en allant aux vérifs... j'ai trouvé là une auto nickel, de visu une vraie auto de course, avec l'arceau cage qui sort de partout, le gros levier de frein à main juste en face de moi, légèrement à gauche. Ensuite, une fois en course, cela n'a fait qu'être confirmé. J'étais assez content de revenir en N3, alors que j'avais fait mon deuxième rallye sur Renault Clio RS1, avec Benoit Mouquet. Alors que je n'avais vu la 206, je pensais que cette 206 n'allait pas être loin de la RS1, mais que nenni, nous en étions bien loin ! La 206 RC est une véritable auto de course en comparaison à la Clio première génération qui elle, est beaucoup plus typée voiture de série. La 206 s'est avérée être une "Fourmidable" voiture de course, avec une chassis du tonnerre et un moteur comme il se doit. Selon Maxime, seuls les freins sont un peu légers. Le team aussi était impressionnant ! Une équipe d'amateurs, d'amis, mais d'un professionnalisme à en faire rougir certains !


Merci à Maxime, sa famille. Merci à l'équipe Ghillet, des amateurs bossant comme des pros. Merci aux photographes.


Prochain rendez-vous ? Ce sera le Saarland Rallye, en Allemagne !


Rendez-vous dans quelques jours pour les caméras embarquées,
Jean-Charles

 

PS: l'Avesnois en national, c'est pour quand ? (ou le retour du Charlemagne ?)

Repost 0
Published by Jean-Charles Huvelle - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 12:00
L'image “http://img220.imageshack.us/img220/1213/titrewe5.png” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Le nouvel épisode de mes résumés du baquet de droite nous promènera en Belgique ! J'étais ce weekend aux côtés de Xavier Debaere, sur Citroën ZX Groupe A, pour les 12 Heures de Wervik !

L'image “http://img520.imageshack.us/img520/8730/image0fc1.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Notre rallye commenca vendredi matin. Rendez-vous à l'atelier Steffix pour partir ensuite en recos. J'arrive chez Steffix, et Xavier m'accueille, alors que je croise Melissa et Hendrik Debackere sur le départ. Occupé avec un client, Xavier me dit de me balader dans l'atelier afin de découvrir un peu l'entreprise. Je m'exerce. Je vois à un moment une porte entre-ouverte j'y jette un oeil et là... j'y vois un oeil de Lancer... OH ! Je m'approche... et voilà les deux Lancer du team Crack en cours de création de déco... holàlàlà... en tant que grand fan d'Evo, le weekend commence bien ! Plus loin dans l'atelier, attend paisiblement la ZX, je m'en vais tranquillement découvrir le jouet du weekend.

Puis il est l'heure de partir en recos, on commence tranquillement par l'ES1, puis l'ES 2 et enfin la 3. A chaque ES, la prise de notes puis un à deux passages suffisent pour les vérifier. Vendredi soir, vient l'heure des vérifs, c'est un peu comme d'habitude, comme en France. Là, les commissaires techniques du VAS me parlent en flamand, je tente de me faire comprendre, mais que nenni, ils ne feront aucun effort... M'enfin pas bien grave, je leur expose la tonne de papier à ma dispo alors que Xavier est allé faire quelques photocopies, ils trouvent leur césame. Plus loin, Cloclo est passé dire bonjour, je m'en vais babeler le compte quelques instants ! Nous sortons des vérifs, avec un siège baquet à refixer. Un détour à l'assistance, une clé de 13 et je me charge de resserrer l'ensemble des boulons des 2 baquets. On tarde un peu, on prépare la course, puis il est l'heure de rentrer. Entre deux, Gauthier m'aura appelé, je passe boire un verre et manger un truc sur Mouscron avant de filer au lit !

Samedi matin, rendez-vous 8h15/30 chez Steffix. C'est parti, direction l'assistance tout d'abord puis on se dirigera vers le parc fermé. Je prends la camionnette Steffix alors que Xavier prend la ZX. Sur le routier, on passe un rond-point, je passe tranquillement avec le bahut, je sais que le chargement n'est pas équilibré dans la caisse... je sors du rond-point, j'ai entendu Xavier mettre le pied dedans et là, plus de Xavier, évadé ! Heureusement que je connais le coin, je le rejoins au parc par une autre route... Mais je ronchonne déjà, il m'a laissé là sans m'attendre... Bref, je m'approche du parc d'assistance, le téléphone sonne, c'est Xavier "tu es où ? j'ai cassé la direction assistée dans le rond point, je suis parti directement à l'assistance sans t'attendre" je comprends maintenant pourquoi Xavier m'avait lâché sur la route. Bref, ce n'est pas grave et lorque j'arrive les mécanos du team ASD sont sur l'auto et bossent à réparer la direction... Ca nous met une petite pression, c'est sympa, ça met dans l'ambiance ! Puis on discute tous ensemble avec les équipages, l'ambiance est super sympa. Alors, on part au parc fermé, tout le monde se gare à l'arrache sur la place municipale après avoir pointé à l'heure fixée en sortie des vérifs, la veille. Puis un p'tit bonhomme se ramène et gueule, oui oui gueule en Flamand, y'a pas d'autres mots le numéro de chaque voiture pour créer la file d'attente au départ du parc fermé. C'est atypique et ça m'a bien fait marrer ! Enfin, podium et c'est parti !

ES 1, Wervik, on part sur un rythme cool, le temps de se fixer l'un l'autre. Je n'aime pas trop le début de l'ES, j'y suis pas à l'aise. A mi-ES, Xavier me lance "j'ai pas de freins"  "reste concentré et assure, ça va aller !" on assure donc jusqu'à l'arrivée. On reprend le routier, et Hendrik nous attend sur le routier, on lui dit, mais cela est normal, les plaquettes sont neuves et à peine rodées, cela ira mieux lors de l'ES2. Etant dans le trophée TimVanParijs, nous avons droit à l'assistance entre chaque ES. Nous en profitons pour mettre de l'essence à une station-essence, et vérifier les pressions des pneumatiques. C'est reparti, ES2, et les dires de Hendrik se confirment, tout va mieux, ça freine, on trouve un bon rythme, on se fait plaisir, nous voilà calés comme il se doit !

http://img237.imageshack.us/img237/8295/image6800x600ky2.jpg
ES3, Geluwe, la longue ES de 22km, je l'attends avec impatience ! Nous partons en pneus slick après l'assistance. La boucle se passe bien, mais à mi ES, les gouttes font leur apparition puis la pluie s'intensifie. Nous voilà en slick sous la pluie... et vient le passage des pavés ! Yaaahlaaaa !
On file à l'assistance où SuperOlive et SuperThomas sont venus main dans la main comme un p'tit couple, ça me fait plaisir voir de les voir aussi heureux ! Sortie de parc d'assistance pour entrée de parc de regroupement, je calcule mon heure idéale. Nous arrivons au regroup et attendons quelques minutes. Et là, je me rends compte que je me suis trompé ! J'ai calculé 3 minutes en plus ... En fait, le carnet de pointage est fait d'une façon particulière, avec une page pour chaque boucle, en un tableau général et bordelique. Deux colonnes se suivent, une première avec le numéro du CH et une seconde avec les minutes de temps imparti. J'ai tout simplement inversé les deux colonnes, pour le pointage numéro 11 j'ai ajouté 11 minutes... alors qu'il en fallait que 8... mais je m'en suis rendu compte à temps...

http://img262.imageshack.us/img262/8006/imgp4410800x600800x600om3.jpg
ES4, on repart dans Wervik, encore une fois, nous ne sommes pas trop à l'aise dans la plus petite ES du rallye, 7km. On arrive sur une portion très connue de Xavier, où il habitait il y a quelques années, et vient un quitté Gauche3. Là, à 100 mètres de son ancienne habitation, Xavier freine mais... trop tard ! Et c'est le tout droit dans l'échappatoire ! Le moteur cale, petite marche arrière et c'est reparti... mais le moteur recale ! On repart, 15 secondes lachées...


ES5, on arrive au CH départ, et on se rend compte qu'on restera là, l'ES est neutralisée. On apprendra que c'est à cause de la sortie de Munster. Environ 50 minutes plus tard, nous voilà à 2 autos du départ, enfin ! Et l'ES est à nouveau neutralisée... car... il y a des vaches sur l'ES ! On se marre dans l'auto... il n'y a que ça à faire en fait ! Nous attendons quelques minutes une heure après notre pointage au CH départ, on prend enfin le départ !
Lors de l'ES, viennent quelques enfilades "à fond"... 150m gauche à fond pour 200 mètres sommet entre maisons gauche à fond et 500 mètres aux arbres, Gauche 2 pas corde et Droite 1 2 bord. J'annonce alors le sommet entre maisons à fond et j'entends alors le moteur qui ne monte plus en régime, je balance un "lâche pas !" à Xavier et il me répond en se marrant "j'suis à fond de 6" éclats de rires dans l'auto...

L'image “http://img241.imageshack.us/img241/7994/image5yy7.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
L'ES6 arrive, nous avons les bons pneus, un bon rythme, on sa lâche à 100%, quel pied ! On arrive sur un pif paf gauche3/droite3 et Xavier lance l'auto dans le gauche au câble l'auto enroule, bien content de ce passage, il rebalance l'auto dans le droite au câble toujours mais c'est le coup de trop ! J'entends Xavier "Oooooh !" On part en tête à queue ! Tout le public autour de nous se marre ! On en profite pour faire autant ! On arrive en fin d'ES, on se marre tellement c'était bon ! C'était du banzaï ! On rentre à l'assistance à Wervik où je retrouve toute l'équipe ! Gauthier, Jonathan, Julien et la petite famille sont venus, ça me fait super plaisir ! Puis on rattaque l'ES de Wervik pour son dernier passage. Rien à signaler, on roule comme il faut, on est contents de nous. ES8, Kruiseke, entre les 2 ES, nous avons fait les pressions, et nous nous sommes rendus compte que le pneu arrière droite perdait un peu de pression. Bref, nous ferons attention. Là encore, ce sera du Banzai ! ES9, Geluwe, on arrivant casqués et motivés pour cette dernière ES, la file des voitures nous tracasse sur le coup, ça sent la neutralisation. Et cela se confirme, l'ES est annulée après la sortie de Deconinck, des voix s'élèvent au milieu des équipages, ça parle fort, personne n'est ravi de cette neutra ! C'est bête, cette neutralisation aura mis un goût amer à cette fin de rallye ! Nous qui attendions le flying finish pour se serrer la main "comme les vrais", nous le ferons sur l'itinéraire alternatif !

Puis retour à l'assistance, avant de filer au regroup éclair puis au podium. A l'assistance, on se félicite, remercie les membres de l'assistance... "Felicitat" comme nos amis disent ! Puis nous nous sommes dirigés vers le podium puis le parc fermé, enfin, nous avons filé chez Crack, à l'assistance en fait, là où était organisé un grand pot avec toute l'équipe, les équipages et entourages, un moment très sympa !
Au final de ce rallye où nous avons mené notre petit bonhomme de chemin sans se soucier de la performance "chrono" à proprement dit, nous rentrons à Wervik à la 11ème place du général et premier des tractions ! De quoi être très contents de ce rallye !

L'image “http://img441.imageshack.us/img441/5488/image1cf5.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Pour moi, ce rallye fut une bonne expérience, avec la découverte d'un autre rallye, une autre organisation, avec quelques détails que voici.
En Belgique, on pointe depuis la voiture, on entre en zone à l'heure idéale. Cela peut s'avérer pratique en temps de pluie mais le reste du temps, on ne fait pas connaissance avec les autres copis. Chose bête ! Aussi, petite chose, il n'y a pas ou presque pas de temps affichés en sorties d'ES. Le road-book... nous sommes assez loin de nos habituels road-book ! En voilà un exemple, pas de distance regressives, pas de panneaux de directions à suivre, pas une église, pas un repère, je me serai cru sur un carto !

http://img262.imageshack.us/img262/7150/image2im7.gif
Pour les équipages souhaitant aller courir en Belgique, je dis pourquoi pas ! Mais je pense que l'un des membres de l'équipage doit être allé déjà en Belgique afin de ne pas être perdu et/ou perdre du temps sur des bêtises. Quant aux épreuves en Flandre, je pense réellement qu'un membre de l'équipage doit savoir parler néerlandais. Moi même, j'ai du demander la traduction de pas mal de choses à Xavier, même si le sens de la phrase était globalement perçu, les éléments étant composant le road-book étant les mêmes choses ou presque d'un côté et de l'autre de la frontière...


Merci à Xavier, à sa petite famille, au team ASD-Crack pour l'assistance et les bons moments passés.


Prochain rendez-vous ? On verra ça ! Mais nous nous retrouverons avec Xavier.


A bientôt,
Jean-Charles
Repost 0
Published by Jean-Charles Huvelle - dans Mes résumés des rallyes
commenter cet article

Recherche

Articles Récents